Sylvie et la passion du Volant

Posted on: 2 août 2014, by :

Trapèze Volant et Funambulie - mars-Ailes - Juillet 2014

Sylvie Mallet Defrance habite à quelques kilomètres du site Mars-Ailes. Depuis son ouverture, elle ne peut plus s’en passer.

 

Quelles ont été vos premières impressions ?
C’est que du bonheur. Tant au niveau de l’ambiance qui règne dans la compagnie Mars-Ailes qu’au niveau du Trapèze Volant. C’est tout ce qui me plaît.

Qu’aimez-vous particulièrement dans cette discipline ?
Je fais beaucoup de sport, du cirque, de la gym, du roller, de la moto. J’ai découvert le Trapèze Volant dans un club de vacances renommé, il y a treize ans. J’y suis retournée plusieurs fois pour faire du Trapèze Volant. Cet été, j’ai entendu qu’un espace de Trapèze Volant s’est ouvert près de Saint-Piat où j’habite. Je suis passée voir le site un soir et le week-end pour me renseigner. Le site n’était pas encore ouvert. Nous avons échangé nos numéros de téléphone. Je suis venue le 19 juillet, jour de l’ouverture.

Qu’avez-vous appris ?
Dans le club de vacances, nous réalisions des figures et du catch. Ici, j’ai appris le ballant, c’est-à-dire avoir de l’élan et remonter le plus haut possible de chaque côté, en avant et en arrière. Et ensuite faire des figures en un temps au lieu de deux temps.

Vous faites aussi du cirque…
Oui, à l’école de cirque de Gallardon, toute l’année, sous un chapiteau. Là, je fais du fil de férisme. J’avais très envie de faire du Trapèze Volant. Et grâce à l’arrivée de Mars-Ailes, mon souhait s’est réalisé. C’est ma discipline préférée.

Vous venez d’assister à votre première réunion d’adhérents.Trapèze Voalnt et Funambulie - mars-Ailes - Juillet 2014 -1 Qu’en pensez-vous ?
Les adhérents de Mars-Ailes sont bien sympathiques et tout le monde prend l’association au sérieux. Et il y a beaucoup de projets. Je suis contente que la structure reste à Soulaires pour continuer le Trapèze Volant. Comme tout sport, cela me permet de me vider la tête. C’est un bonheur physique. Maintenant, je voltige sans longes. C’est encore une autre sensation.
Avec une petite appréhension la première fois. Dans ma tête, je me suis dit comme j’y arrive bien avec les longes, il n’y plus qu’à y aller. Une fois partie, on ne pense plus au fait d’avoir ou pas des longes. C’est un vrai bonheur.

********

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *